#balancetonporc : en fait, il n’y en a pas qu’un

J’ai eu du mal à réagir sur tout ce qui se passe en ce moment – hors les articles que j’écris à la rédac – avec Weinstein, les hashtag #Balancetonporc et #metoo, et l’avalanche de témoignages qui suivent. Parce que moi aussi, comme NOUS TOUTES j’ai été confrontée à un porc, DES porcs.

Je ne me suis jamais étalée sur le sujet. Ni sur les réseaux ni ailleurs, je n’ai même pas utilisé les hashtag sur Twitter. Le #balancetonporc m’a semblé difficile au regard du fait qu’on n’a pas été confrontées à un seul cas, et que rapidement, certains témoignages étaient plus l’affaire de la justice. #metoo m’a semblé suffisant, déjà plus « pudique » (pas besoin d’entrer dans les détails, on a toutes vécu un harcèlement sexuel, c’est l’info à retenir. Pour la suite, on va témoigner), plus généraliste également, car le harcèlement sexuel concerne toutes les femmes du monde, de toutes les classes sociales, de tous les secteurs de travail, de toutes les régions.

Alors voilà, je ne vais pas balancer un porc, mais plusieurs. Ceux que j’ai rencontré depuis que je suis une jeune femme. Cet homme qui m’a suivi du métro à mon immeuble allant jusqu’à prendre l’ascenseur avec moi et me faire croire qu’on était voisins (je venais d’emménager), ce jeune qui ne m’a pas lâchée dans la rue en répétant « ce soir, t’es ma pute », ce type qui s’est mis à m’insulter haut et fort en me suivant dans le métro car je ne lui donnais pas mon numéro, ce maître de stage répugnant qui mettait la main dans les chemisiers plus vite que son ombre, qui essayait d’embrasser une fois par jour, qui caressait le dos quand il se penchait au bureau, ces trois jeunes qui m’ont tourné autour dans une rame de métro en m’insultant et en racontant des choses obscènes devant les passagers, stoïques. Certaines de ces histoires datent, d’autres sont plus récentes et les histoires passées m’ont endurcies pour ne rien laisser passer, mais elles restent pourtant bien en mémoire. Quand j’étais étudiante j’avais ces techniques quand je sortais pour ne pas me faire remarquer lorsque je rentrais chez moi : des ballerines dans le sac pour ne pas faire entendre le claquement de mes talons dans la rue, un manteau long pour cacher ma tenue ou ma mini jupe… des techniques qu’on avait presque toutes, pour être tranquilles, pour éviter un traumatisme, une mauvaise expérience. Mais on doit retenir que le harcèlement sexuel n’arrive pas que le soir quand on sort, il survient aussi au travail, en pleine journée. On est toutes dans ce cas, je m’en rends compte en écoutant mes copines et les récits de mes collègues. Personne dans notre entourage n’a pas connu ce genre d’histoire.
Depuis que j’ai vécu ces moments, j’ai une sorte de rage quand je vois un homme harceler une femme, et même quand un homme s’adonne à une drague lourde. Il y a un fossé entre le harcèlement sexuel et la drague lourde, mais je n’ai envie de laisser passer aucun des deux. Se faire siffler dans la rue, se faire scanner de la tête au pied comme du bétail pendant des secondes interminables (puis ces hommes se retournent et continuent à nous scanner de dos une fois qu’on s’est croisé) n’est pas agréable, ni flatteur comme ces hommes peuvent le penser.
Alors on est quoi ? Un trophée, une chose, une « victoire », un objet qui rassure un type sur son pouvoir de séduction ?! Après DSK on a dit qu’il y aurait l’avant et l’après. On l’a répété avec l’affaire Baupin, et on le redit avec l’affaire Weinstein. Pour rester positive, je me dis que cette fois, ça peut changer. Que la parole n’a jamais été autant libérée et que les devants sont pris. Libérer la parole n’est que la première étape, et j’espère qu’elle aboutira réellement à quelque chose de concret qui change les choses une bonne fois pour toutes. Pour que nos filles ne vivent plus le harcèlement sexuel et n’utilisent pas ces techniques d’auto défense qu’on a inventé pour nous protéger. Pour que les chiffres et les statistiques baissent enfin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s