Se ressourcer à Etretat

Quand on pense « évasion à la mer pas loin de Paris », on pense tout de suite à Deauville et Trouville. En effet, ces deux villes sont bien desservies : on prend le train à St Lazare, et au bout de 1h30/2h on y est, pas besoin de prendre un bus ou autre ensuite. En voiture c’est pareil : presque 2 heures en ligne droite, rien de plus simple. Mais un peu plus loin, il y a Etretat. Petite ville charmante, pas encore trop « tendance », plus authentique et sobre. On comprend d’ailleurs vite pourquoi elle est un peu moins « parisienne » : légèrement plus éloignée, pas de gare autour, il faut aller au Havre puis prendre un bus pour la rejoindre, rendant le trajet un peu plus compliqué. En voiture, c’est facile : c’est 2h30 de route, toujours tout droit

IMG_2646IMG_2621IMG_2651IMG_2625

Etretat ne frime pas et offre un paysage à couper le souffle avec ses falaises, la célèbre aiguille creuse et sa balade sur les hauteurs qui fait penser à des paysages d’Ecosse. Certes, ici on ne vient pas pour se baigner (la plage de galets est moins accueillante que les plages de Deauville et Trouville) et personnellement, j’ai trouvé les vagues extrêmement violentes pour oser y aller. On ne vient pas non plus pour une thalasso ou du shopping. On vient à Etretat pour se ressourcer, prendre le temps, explorer les falaises, faire son petit marché de fromages normands, issus de fermes locales, qui ne se vendent pas au-delà de la ville de Rouen. On plonge en immersion, sans fioritures.

IMG_2485

Et le mois de septembre se prêtait à cette destination. Je reconnais adorer les stations balnéaires lorsqu’elles sont désertées après l’été. On retrouve ce calme et ce charme qu’on ne voit plus en juillet et août tant il y a de monde. On profite mieux, on observe mieux, on s’imprègne mieux. Les stations balnéaires en automne et en hiver ont cette atmosphère douce propice à la « détente facile », quand on alterne entre soleil et nuage, quand on retrouve le pull en laine et l’envie de se réunir devant la cheminée. Nous sommes restés à Etretat un jour et demi et cela nous a suffit tant elle revigore. Arrivés vendredi, la pluie nous a incité à rester au Domaine Saint Clair où nous logions. Samedi, entre plusieurs averses et des pauses thé, on s’est rendu dans le centre, en marchant jusqu’à la mer. D’en bas, les falaises impressionnent, mais ce n’est rien quand on les gravit. On s’est donc lancé dans cette balade traditionnelle qui a duré plus d’une heure, à marcher sur les falaises, s’arrêter en route pour observer les alentours, la mer d’un côté, le terrain de golf caché par les falaises de l’autre. En face, une autre falaise avec une église de style anglican. Un univers anglo-normand que j’ai plus qu’aimé, en adepte de la Grande-Bretagne, le vent et la pluie renforçant cette ressemblance avec les villes écossaises.

IMG_2874IMG_2873IMG_2491

IMG_2648
Je conseille à tous cette promenade pour s’approcher au plus près des falaises, les voir d’en haut cette fois, constater que certaines ont des grottes, et que d’autres sont accessibles en traversant une passerelle.
Etretat a été une vraie connexion avec la nature et un bol d’air indispensable pour démarrer la rentrée avec sérénité. Sur les photos, vous voyez qu’on alterne entre ciel orageux et éclaircies, c’est tout le charme de la Normandie…

 

– DR © Guilhem Cadoret & Katia Fache-Cadoret –

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s