Ma booklist d’automne

L’automne, c’est les week-end prolongés, les vacances de la Toussaint, le début des après-midi à la maison où l’on investit à nouveau son intérieur. Si beaucoup lisent surtout en été, ma grande période lecture à moi commence en octobre pour se terminer à l’arrivée des beaux jours.
Rien de mieux que de se coucher tôt avec un thé et un bon bouquin pour se ressourcer…
Si je partageais l’an dernier mes livres d’hiver à lire pendant les vacances de Noël, place à une nouvelle sélection :

 
La fille du train

J’en avais fait l’objet d’un article l’été dernier tant le livre était prenant. Les prochains jours sont l’occasion de le lire puisque le film est sorti cette semaine. C’est un thriller que j’aime qualifier de thriller Hitchcockien. Pas étonnant qu’il soit adapté au cinéma puisqu’il était visuel au point qu’on imaginait toujours parfaitement les scènes. Une sorte de « Fenêtre sur cour » des temps modernes.

 

Eux sur la photo

Un soir où j’étais dans bon mood pour me plonger dans un bouquin, je l’ai lu d’une traite. Le roman est sous forme épistolaire dans lequel un homme et une femme correspondent dans l’idée de réunir les éléments du passé pour connaître les origines d’Hélène. Suite à une petite annonce dans un journal pour chercher la vérité sur sa mère décédée, elle est contactée par Stephane dont le père apparaît sur cette photo. Au-delà de la réflexion sur le secret de famille, le livre est un vrai plaisir à lire du fait que ce sont des lettres.

 

Drôles de Valentines

J’ai reçu ce livre de ma sœur le jour de mes fiançailles. J’ai trouvé l’attention délicate. Offrir un livre symbolique un jour si important m’a touché. Il évoque l’amour à travers une succession de poèmes et d’extraits de livres. Si la majorité des textes sont en français, certains sont en anglais et en italien. De quoi voyager d’une manière douce et poétique… Un joli livre à lire par étapes.

 

Central Park

C’est le seul livre de Guillaume Musso que j’ai lu, et bien que l’écrivain soit critiqué façon « romancier de plage », ce livre m’a rendue accro et m’a même donné envie d’en lire d’autres. Il raconte l’histoire d’Alice et de Gabriel qui se retrouvent menottés un matin à Central Park. Les deux ne se connaissent pas, ils tentent de résoudre l’énigme qui les a amené ici. Le livre est bouleversant. Si tout le long on est loin du réel et uniquement dans l’imagination et la supposition, la fin est remplie de vérité qu’on prend de plein fouet. Un vrai thriller psychologique qui nous tient jusqu’au bout.

 

Le réveillon du jeune tsar

Avec mes origines russes, j’aime parfois me plonger dans l’époque des tsars. C’est le cas avec ce livre de Tolstoï qui regroupe quatre contes très réels d’une époque révolue. Le livre ne fait que 80 pages et se lit très facilement.

 
Je me souviens

J’ai découvert l’écrivain George Perec au lycée, lorsqu’il était au programme du bac. Dans ce cadre, nous avions évoqué tous les écrivains qui avaient retranscris leurs souvenirs dans un livre, notamment Michel Leiris qui m’avait aussi beaucoup marqué. Avec Je me souviens, il ne s’agit pas d’évoquer de simples souvenirs, mais les choses de la vie, des anecdotes, un morceau de quotidien. Le livre n’est pas un roman, mais une liste de moments de vie. Parfois il s’agit d’une phrase, parfois ce sont des petits textes. Un livre aussi distrayant qu’instructif littérairement parlant.

 

Agatha Christie, le chapitre disparu

Ce livre incroyable revient sur les jours durant lesquels l’écrivain Agatha Christie a souhaité disparaître. J’en ai déjà parlé sur le blog tant je l’ai aimé. Si le titre est ainsi, c’est parce que même dans son autobiographie elle n’a pas mentionné cet épisode de sa vie qui a intrigué tout le monde. Un livre à lire absolument pour les fans de ses romans car on a l’impression de lire une de ses histoires écrites par elle.

 

Les nuits blanches

Toujours dans mon petit plaisir de lire quelques romans russes, j’ai jeté mon dévolu sur un livre de Dostoïevski. Il raconte une histoire d’amour qui se déroule à Saint Petersbourg : une jeune femme délaissée par son amour sera sollicitée par un autre homme. Au départ triste, elle se laisse aller à la séduction et tombe dans ses bras, jusqu’à ce que l’homme avec qui elle était avant revienne et provoque un dilemme.

 

Rien ne s’oppose à la nuit

Je l’ai enfin lu ! J’aurais mis cinq ans. Le livre de Delphine Vigan réfléchit sur la mémoire familiale entre les bons souvenirs et les secrets bien gardés puisqu’il commence avec le décès d’une mère intrigante dont la narratrice tentera de percer les mystères. Il révèle aussi qu’on est ce qu’on est en vue des souvenirs. Un récit bouleversant avec lequel on se dit que peut-être, on ne connaît pas si bien que ça ses parents.

 

Mémoires d’une fille rangée

Parce que ça ne fait jamais de mal de se plonger dans une histoire féministe on lit ou on relit le premier volet de l’autobiographie de Simone de Beauvoir. Il s’agit de découvrir son enfance être son entrée dans l’âge adulte. Une autobiographie fascinante qui retrace ses découvertes, son parcours, son évolution, sa vision du monde.

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s