Le bashing sur les réseaux sociaux

J’ai eu envie de parler du bashing sur les réseaux après l’événement people phare de la semaine : le braquage fou de Kim Kardashian.

 

Le bashing de Kim
Pour rappeler les faits, la star américaine mariée à Kanye West était à Paris pendant la fashion week où elle résidait seule dans un hôtel particulier du 8ème arrondissement. Dans la nuit de dimanche à lundi, 5 hommes sont entrés dans sa chambre, l’ont ligotée et enfermée dans la salle de bains avant de lui dérober ses bijoux.

Je ne suis absolument pas fan de cette femme et de tout ce qu’elle représente. Je trouve son allure bien trop provoquante, son style bien trop bling bling et bien qu’elle s’habille en Balmain, désolée, je n’aime vraiment pas la jupe crayon « surmoulante » et le crop top bien trop échancré. MAIS j’ai eu de la peine pour elle. Qu’on l’aime, qu’on ne l’aime pas ou qu’on soit indifférent vis à vis d’elle, il est évident que personne ne mérite un tel traitement et qu’elle a dû avoir la peur de sa vie.

Suite aux événements, je n’ai vu que très peu de messages de compassion pour Kim Kardashian. J’ai surtout vu énormément de bashing sur Twitter, et pas seulement d’inconnus. Le premier tweet qui m’a choqué est celui de Mathieu Kassovitz qui relayait les faits suivi d’un « fier d’être parisien ». Non mais sérieusement… à quel degré, la stupidité ? Certes il déteste sûrement la star, et alors ? Être heureux d’une telle violence, rire de cette agression, je ne comprends pas.

Certains ont osé déclarer « elle n’avait qu’à pas exposer toute sa richesse ». D’accord, elle est bling bling, elle aime le luxe et l’affiche bien trop. Est-ce une raison pour justifier ce braquage ? Dans un autre genre, c’est comme si l’on disait d’une fille venant de se faire agresser « elle n’avait qu’à pas porter une jupe ». À ma connaissance nous sommes libres et donc libres de faire ce que l’on veut. Bien sûr elle n’a pas été prudente, bien sûr quand on est célèbre on ne divulgue pas trop d’infos sur soi sur les réseaux sociaux et encore moins en temps réel. Mais ces violentes critiques ont-elles lieu d’être ? Elle est victime et doublement victime avec ce bashing.

 

Le bashing en général
Au-delà de cette actualité « brûlante » qui animera les rédactions durant quelques jours encore, j’avais envie de parler du bashing en général et notamment sur Twitter.
Twitter est mon réseau social préféré et je l’apprécie pour son aspect informatif et les partages que l’on peut trouver lors des « live-tweets ». Malheureusement Twitter est aussi un ramassi de tweets haineux issus de personnes plus ou moins aigries qui se masquent derrière un pseudo.

Twitter n’est pas que du « feelgood ». Parfois, Twitter appelle à la violence. Les victimes peuvent être des personnalités comme des inconnus. Seulement, qu’il s’agisse de l’un ou l’autre, la violence fait mal. Ceux de mauvaise foi diront « untel n’avait qu’à pas être connu, quand on passe à la télé faut pas s’étonner ». Facile.. Sur la sphère média, j’ai trouvé certains bashings extrêmement choquants, du pauvre Bertrand Chameroy accusé d’être la taupe dans l’équipe d’Hanouna qui aurait tout balancé au magasine Society en passant par Vanessa Burggraf, remplaçante de Léa Salamé dans l’émission de Ruquier le samedi, fortement critiquée notamment sur son physique. C’est là qu’on réalise que ça va loin. On peut critiquer une personne par rapport à une phrase qu’elle aurait prononcé et en débattre avec des twittos, mais généralement les attaques deviennent vite personnelles avec un jugement très dur. Plus récemment il y a aussi Michael Youn qui a osé faire une blague (drôle) sur les impôts : à sa fille qui lui demandait ce qu’étaient les impôts il aurait croqué dans son pain au lait, lui montrant la moitié restante, disant « c’est ça ». Un trait d’humour simple qui ne signifiait pas qu’il se plaignait de payer trop d’impôts et qui a pris des proportions monumentales sur le web. Les gens auraient-ils perdu leur second degré et leur compassion ?

 

Le pire reste sans doute le bashing envers les inconnus. Parce que les personnalités peuvent toujours se défendre, répondre à des attaques en plateau télé ou à travers une interview sur papier, mais les inconnus n’ont pas ce privilège. Récemment avait lieu la journée contre le harcèlement scolaire et l’on a peu évoqué l’idée du harcèlement scolaire qui n’est plus qu’à l’école avec les smartphones et l’addiction des jeunes aux réseaux sociaux. Le bashing sur les réseaux sociaux est la continuité du harcèlement scolaire que peuvent subir les jeunes. À l’âge adulte, lorsqu’on est critiqué, on a beau résister et affronter, ça fait mal. Encore plus si on est sensible à la base. Alors imaginons un enfant. Un enfant qui subit cela au quotidien car, à cause des réseaux sociaux, ce bashing le poursuit à la maison.

Et puis il y a cette blogueuse aussi, qui a récemment fait un bad buzz lorsqu’elle se plaignait de ne pas recevoir suffisamment de preuves d’amour de ses « followers » en comparant le nombre de visiteurs et le nombre de like pour chaque photo postée sur Instagram. Ni une ni deux, son article était relayé partout avec des moqueries et surtout : les captures d’écran étaient au rendez-vous pour continuer de montrer la preuve au cas où elle effacerait l’article de son blog. C’est d’ailleurs ce qu’elle a fait et beaucoup s’en sont donné à cœur joie dans l’idée de partager les captures d’écran accompagnées d’un « ah ah pour la prochaine fois tu sauras que tout reste sur le web ».
Pourquoi ? Pourquoi s’acharner ? Pourquoi se réjouir d’une bourde qui fait un bad buzz ? Certes au départ c’est sans doute drôle et inoffensif, sauf que plusieurs sont dépourvus de recul, insultent et prennent les choses trop au sérieux en s’adressant directement à elle, en se moquant. A-t-on imaginé ce qu’elle a ressenti ?

 

Si je n’ai jamais subi de bashing sur le web, je sais ô combien il est facile d’en créer un. Il y a plusieurs années, une blogueuse m’avait agressée sur Twitter sans raison (elle est connue pour ça), elle avait tweeté une soirée entière en me sollicitant à chaque fois. J’ai vécu une soirée d’enfer alors que je savais très bien que je n’avais rien à me reprocher et qu’elle avait juste un gros souci de son côté. Je me suis sentie agressée et très mal jusqu’au lendemain tellement ses propos étaient violents alors qu’elle ne me connaissait même pas. L’histoire ? Une attachée de presse avait tweeté sur les blogueuses, disant qu’elles faisaient un peu leurs divas. Tweet auquel j’ai répondu « oui sauf que les marques les privilégient au détriment des journalistes généralement plus respectueuses ». Ok, il y a des divas des deux côtés et des gentilles des deux côtés, mais je ne regrette toujours pas mon tweet qui a une part de vérité. Résultat ? Cette blogueuse m’a virtuellement sauté au cou en fin d’après-midi pour ne me lâcher qu’autour de 22 heures. De quoi ruiner ma soirée. Si au début je l’ai prise de haut à la « cause toujours », j’ai fini pas mal le vivre car l’acharnement était trop fort et aussi trop stupide. Il ne s’était rien passé et la folie de cette fille m’a prise d’un mal être immense. Alors que je ne la connais pas, ni ne la considère. S’il y avait eu plusieurs personnes je n’ose imaginer l’impact émotionnel.

 

Tout cela pour dire qu’on manque d’empathie, qu’on est sans pitié sur les réseaux sociaux car le virtuel fait oublier qu’il y a de vraies personnes derrière un pseudo. La méchanceté gratuite, l’aigreur, la jalousie usent beaucoup trop d’énergie, et quelle mauvaise énergie…

Ne pourrait-on pas être juste bienveillant ? Cesser de critiquer à tout va, vouloir le bien de l’autre ? Encourager quelqu’un, avoir de la peine pour quelqu’un, comprendre quelqu’un même s’il n’est pas du même monde, même s’il ne partage pas les mêmes centres d’intérêt que nous ? Rêver de bienveillance sur les réseaux sociaux pour ne sortir que le meilleur de ces inventions, est-ce trop demandé ?

Au final ces attitudes devraient s’appliquer partout, en société et aussi au travail. Ça aussi, on a trop tendance à l’oublier.

Publicités

7 réflexions sur “Le bashing sur les réseaux sociaux

  1. J’ai hésité à écrire un billet dans ce goût-là. Merci de l’avoir fait, un peu de recul fait du bien… Et merci à Gabrielle qui a retweeté ton post, elle m’a offert une jolie découverte : celle de ton blog. Je te laisse, je me plonge dans tes archives ;).

    J'aime

  2. Je ne suis pas non plus particulièrement fan de Kim Kardashian mais j’ai été stupéfaite de voir le manque d’empathie après son agression.
    Et le harcèlement, quel que soit le vecteur, est tout simplement une horreur.
    Un grand merci pour cet article !

    J'aime

  3. Je ne suis pas une fan de Kim Kardashian, loin de là! Le moins j’entends parler d’elle le mieux je me porte! Par contre, ce qui lui est arrivé est très triste et horrible… Je ne souhaite à personne ce genre d’événements… Par contre, dans une certaine mesure, je suis d’accord avec certains commentaires de personnes, du style qu’Elle la bien chercher ». Avant qu’on me lance des pierres je m’explique, dans la vie on récolte ce que l’on sème, tu as pris le choix d’avoir une vie de « star » ( entre  »  » cars c’est loin d’être une star pour moi », tu as choisi d’être dans l’oeil du public, c’est « normal » que ce genre de truc soit susceptible de t’arriver, c’est déplorable, c’est immonde… Mais c’est les risques qui viennent avec un tel mode de vie… Je ne dit pas que c’est ça faute à elle, qu’elle à chercher ou mériter ce qu’il lui est arriver, personne ne mérite de subir de tel atrocité… Mais c’est risque que tu prend quand tu devient dans l’oeil médiatique.

    J'aime

    1. Je comprends ton point de vue mais je trouve cette idée extrêmement dangereuse : on peut partir du principe que chaque victime l’a cherché. Le cas de Kim a fait la une parce qu’elle a 80 millions de followers, mais chaque année en France, plus d’un millier de personnes subissent un home jacking. Et ce sont des gens comme toi et moi, dans 98 % des cas, à qui on vole leur alliance, la médaille de baptême ou le pendentif de leurs enfants… Je ne pense pas que porter ce genre de bijou soit une incitation au vol, sinon, on ne fait plus rien.

      J'aime

  4. Pour Kim Kardashian, j’ai suivi de très loin, mais j’avoue que j’ai quand même ri quand j’ai vu circuler sur FB le montage de l’album de Tintin « Les bijoux de la Kardashian » 😉

    Sinon je ne vais pas assez sur Twitter pour me rendre compte (la preuve, ça fait 1 mois que je veux participer à un jeu d’orthographe sur Twitter qui se déroule en 4 jours et à chaque fois j’oublie d’y aller… lol) !!
    Par contre j’avoue que Vanessa Burgraff… je ne l’ai pas ratée !!! Bon, je n’ai émis aucune critique sur son physique (mis à part oralement, sur mon canapé quand mon père m’a dit qu’elle était moche, je lui ai répondu qu’elle ressemblait à un travelo – j’ai rien contre les travelos hein). Sur twitter, je me suis simplement lâchée sur l’attitude qu’elle avait eu face à JL Mélenchon: sur le fait qu’il lui fallait 30 minutes pour formuler une question et qu’elle ne le laissait même pas répondre, qu’elle était très agressive et de mauvaise foi. Rien de gratuit quoi 😉 Par contre je n’ai vu aucune critique sur son physique sur twitter, ou j’ai pas fait gaffe, je n’ai vu que des critiques sur son attitude (en gros tout le monde disait la même chose que moi) !

    Sinon je suis d’accord avec toi pour le harcèlement scolaire. Maintenant, il y a snap et là c’est très facile, avec ça les jeunes s’en donne à cœur joie pour prendre leurs souffre-douleur en photo, ou même leurs profs discréto tiens :/ J’aime pas cette appli (même si je ne l’ai jamais téléchargée donc je sais même pas en quoi ça consiste à part prendre des photos avec des museaux et un air très con) !!! Quand je pense qu’à mon époque c’était le chat sur caramail mdrrrrrrrrrrrrr puis MSN :DDD

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s