J’ai testé : courir le matin avant le travail

Courir avant de partir au travail, c’est quelque chose que j’avais envie d’essayer depuis longtemps.
Entre février et juin, je n’ai pas couru une seule fois. Ça paraît étrange, mais j’adore aller à la piscine l’hiver et je me suis mise à nager deux fois par semaine pendant six mois, délaissant le running que j’aimais particulièrement. Mais j’avais envie de changer et de reposer mes articulations. Et aussi voir si la piscine était meilleure que la course en terme de cardio, ligne, forme. Si avec six mois de piscine mon ventre s’est aplati, je me sentais moins énergique physiquement.
Je m’en suis doublement rendue compte lorsque j’ai repris la course en été pendant les vacances. J’ai ressenti deux choses : à quel point ça m’avait manqué car c’était bien mon sport favori, et aussi à quel point ne plus courir un temps peut faire perdre le rythme qu’on a acquis en quelques années. Ce dernier se perd vite, mais heureusement en quelques séances j’ai pu le retrouver progressivement, non sans efforts.

baskets_nike_flyknit

Si j’envisage cette année de me réinscrire à la piscine pour associer les deux sports histoire de me tenir à une activité sportive au moins deux fois par semaine, j’ai voulu tester le running en semaine.
Si en été il m’arrivait de tenter l’expérience le soir après une journée au bureau (je vous le conseille : ça détend et ça vide vraiment la tête) j’ai voulu essayer le matin avant d’entamer la journée. Pour une première fois, j’ai adoré, mais voici quelques points à prendre en compte :

 
Habiter à côté de son travail facilite les choses :
J’ai la chance folle d’habiter à 10 minutes à pied de mon travail. Résultat : pas besoin de me lever à l’aube pour aller courir le matin. Mon appartement, le parc et mon lieu de travail sont dans le même secteur, me permettant de courir une bonne heure et de repasser tranquillement chez moi pour me préparer avant d’attaquer la journée.

 

 

Ne pas partir trop tard sous prétexte qu’on a le temps :
Mieux vaut se lever et partir 15 minutes après (le temps de s’habiller et de boire un thé) plutôt que de prendre le temps, partir précipitamment et réduire sa séance parce qu’on n’a plus assez de temps.

Pour la première fois, je me suis réveillée à 7h30 pour partir à 7h45. Arrivée au parc à 7h55, je me suis sentie zen au départ, puis inquiète : combien de temps vais-je courir si je veux avoir le temps de me préparer correctement ensuite ? Au final j’ai couru 45 minutes alors que j’aurais pu faire plus, mais le temps le manquait. Arrivée à la maison a 9h, je n’avais plus que 25 minutes pour me doucher et prendre mon shampoing (avec des cheveux longs, le shampoing le matin est un vrai challenge). J’avais aussi oublié que le matin assez tôt, la course creuse et qu’on a envie d’un bon petit-déjeuner. Avec 10 minutes de shampoing et le reste, impossible de petit-déjeuner tranquillement.

 

 
Vous allez avoir le sentiment de vivre à contre courant :
C’est une sensation à la fois agréable et désagréable. Si l’on a envie de courir le matin c’est pour s’évader avant le travail, avoir sa bulle à soi, un moment privilégié pour commencer la journée de manière zen.

En sortant de mon immeuble à 7h45 je suis tombée sur une fourmilière (que je ne vois jamais à 9h quand tout le monde est déjà dans les transports). Tout le monde courait pour attraper son bus ou s’aventurer dans le métro, moi j’étais à contre courant en tenue de sport. Une fois arrivée dans le parc, la sensation disparaît. On retrouve les autres joggeurs et le calme qu’on recherche. Puis à la fin du running, après les étirements, on sort du parc et c’est reparti : retour à l’agitation, aux bouchons, aux gens pressés. Heureusement, la sensation de bien-être prime sur le reste et le contraste déroutant se fait oublier.

 

 

Vous aurez envie d’un gros petit-déjeuner :
En vous levant plus tôt que d’habitude, vous n’aurez sûrement pas la sensation de faim. Celle-ci arrivera après le running, a l’heure habituelle de votre petit-déjeuner.
Un conseil : avant de partir, buvez un thé et mangez une banane pour l’énergie. Au retour, offrez-vous deux grosses tartines (et plus si vous avez encore faim).

 

 
Vous redoublerez d’énergie :
Avoir l’énergie pour le reste de la journée était mon appréhension. J’avais peur d’arriver au bureau déphasée, un peu à côté de la plaque et de n’attendre que le soir pour me reposer. La sensation a finalement été l’inverse : me lever plus tôt et courir le matin m’a donné bien plus d’énergie que si je m’étais réveillée tard. Sûrement le fait de s’être vidé la tête mêlé au sentiment de bien-être général que procure le sport…

 

 
Vous serez de bonne humeur car fière de vous :
Se lever plus tôt et enfiler ses baskets, c’est se forcer au départ pour ensuite ressentir du bien-être, de la fierté et de l’admiration de la part de son conjoint. Ça booste et ça donne envie de recommencer l’expérience la semaine prochaine.

 

 

Courrez en début de semaine plutôt qu’en fin semaine : 

On ne sait jamais de quoi la semaine sera faite. Entre des imprévus et la fatigue accumulée au fil des jours, si vous vous êtes bien reposé le week-end vous aurez plus de facilité à vous réveiller tôt les lundi, mardi et mercredi que les jeudi et vendredi. L’idéal selon moi est le mardi et le mercredi. Choisissez un jour et tenez-vous en pour votre dose de bien-être.

 

 

 

 

 

– DR © Guilhem Cadoret & Katia Fache –

Publicités

Une réflexion au sujet de « J’ai testé : courir le matin avant le travail »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s