Comment choisir sa bague de fiançailles ?

C’est en mars 2016 qu’on a prévu nos fiançailles avant de se dire oui l’été 2017. Ça semble loin et proche à la fois, mais j’aime que ce soit suffisamment loin pour conserver cette excitation constante. Sans parler du temps précieux pour tout organiser dans le calme, sans pression, pour tester, réfléchir, revenir en arrière sur certains choix sans aucune conséquence. Et j’avoue avoir beaucoup de chance côté organisation car pour Guilhem et moi tout sonne comme une évidence qu’il s’agisse du lieu, des couleurs, de la musique, donc on ne se pose pas vraiment de questions.

On a beau être « tradi » dans nos choix et dans nos intentions, j’ai aimé  choisir ma bague de fiançailles avec Guilhem plutôt qu’il ne me l’offre directement. Ma bague de fiançailles, je ne l’ai jamais voulue comme toutes celles à la mode du moment. Donc pas de solitaire pour moi. C’est certes, très joli, mais ce n’est pas trop mon truc. Ma bague, je la voulais rétro. Et je voulais absolument un saphir. Parce que le bleu, c’est ma couleur et notre couleur. C’est le bleu intemporel et élégant, la couleur qu’on porte presque quotidiennement avec toutes ses nuances, le bleu de la mer qui fait échos au lieu où on se dira oui et aussi les yeux « bleu piscine » de Guilhem dans lesquels j’adore me plonger.

Avec mon focus sur les bagues rétro, je suis partie à la recherche des joailliers spécialisés dans le domaine, ceux qui restaurent les bagues anciennes et qui créent des bagues dans un style début XIXème. Parmi eux, Benoit Joaillier implanté dans le 6ème arrondissement de Paris dans le quartier du Bon Marché. Pur hasard, mais c’est un quartier où on aime flâner donc ça tombait plutôt bien. Ce que j’ai aimé au-delà de leur concept basé sur les bijoux au style ancien, c’est la modernité de l’entreprise dotée d’un e-shop et d’un compte instagram pour vivre en direct les ventes, le quotidien et les dernières créations. J’ai aimé cette interaction avec eux sur les réseaux sociaux et aussi l’idée de prospecter sur leur site avant qu’on se rende au showroom de la rue de Bérite. Là-bas, j’ai flashé sur une bague restaurée du XIXè siècle en or rose. On dit que la robe de mariée se trouve au coup de cœur et qu’on sait que c’est elle, je peux vous affirmer que c’est aussi le cas pour la bague! Parfaite comme j’aime avec son saphir et son esprit vintage, j’adore le style qu’elle dégage.

bague_fiancailles_retro_saphir_benoit_joaillier

Benoit Joaillier : 1 rue de Bérite 75006 paris : http://www.benoitjoaillier.com/

 

Si vous vous questionnez sur les avantages et les inconvénients à porter une bague XIXème restaurée, il y a en fait peu de différence entre une bague neuve et une bague remise au goût du jour (d’après ce qu’on m’a dit). On m’a juste conseillé de l’enlever pour des activités qui risqueraient de l’abîmer comme l’équitation et l’escalade (des choses qu’on ne fait pas tous les jours), mais je crois que c’est un peu pareil pour une bague neuve. Ce qui diffère est surtout la « rénovation » en cas de perte d’une pierre qui se révèle un peu plus délicate. Petit truc à savoir absolument : si vous êtes à fond sur le nombre de carat, si toutes ces choses ont une importance pour vous, passez votre chemin pour une bague ancienne restaurée. En effet, à part vous signaler si les pierres n’ont pas de crapauds ou autre chose du genre, on a peu d’infos sur les bagues anciennes. De mon côté, je connais uniquement les carats de l’anneau et qu’il est doté d’un poinçon presque effacé par le temps, mais rien de plus et personnellement je n’attache pas grande importance à cela.

Avant cette bague, Guilhem m’a offert une bague symbolique et j’avoue avoir adoré l’idée. C’est une bague de la créatrice Alexandra Margnat (collection GAIA).

bague_or_alexandra_margnat_collection_gaia

 

—–

MES CONSEILS POUR CHOISIR SA BAGUE DE FIANÇAILLES :

1/ Ne pas se précipiter pour envisager tous les lieux d’achats possibles (grands magasins, petites bijouteries, boutiques vintages, petits créateurs, …)

2/ Penser à ce que représente cette bague (une bague rétro inspirée de celle de sa mère / grand-mère, ou une bague faite sur-mesure)

3/ Surtout choisir la bague en fonction de son style et de sa personnalité, elle doit nous ressembler

4/ Envisager les autres possibilités que le solitaire

5/ Ne pas suivre les modes ni faire comme les copines

6/ Anticiper et se demander comment on veut son alliance pour que les 2 s’associent bien sur le même doigt

—–

– DR © Guilhem Cadoret & Katia Fache –

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s